K I M O N O

KIMONO ESPACE

 

 

Kimono s’allonge 

Les manches plongent 

Longues pentes 

Cascades

 

Les lignes deviennent ardentes

Et cachent de nombreuses armes 

Les étoffes miroitent                            

Sur des rivages semblant détruits

 

D’autres paysages  arrivent 

En Stéréoscopie

Des orchidées fluo  

En lambeaux  de boiserie  

Une fusée d’or vieilli

Une armure d’étoile

Imprimés de soierie

Dégoulinent sur le sol 

 

Une flaque d’alcool 

Des miroirs Des  mirages

Des plis  métallisés

Sur des fumées irisées

 

Une marre dessine  un lac

Où des oiseaux  d’ Yma  Sumac

Narguent  légers l’apesanteur  

Sur un ciel solide à mes pieds

 

Expansion d’espace

Distension   de l’espace 

Dilatation  du fugace

 

Kimono s’allonge 

Une tâche bleutée s’effondre                               

Autour de mes  jambes drapées

Un pigment est pulvérisé 

 

Au même instant 

Les couleurs remontent 

Par capillarité  anti-gravitée 

Archéologie  futuriste 

 

Les teintes montent vers le ciel 

Jusqu’à une coiffe martienne 

Gravité des ancêtres

Chant  rond qui entête 

 

Les tissus suspendus s’enroulent

Des perles éclaboussent de nacre

Des mots vitriols rouges 

Un chant âpre argent

 

 

Kimono s’allonge

Kimono  se rallonge 

Kinono  rallonge le temps

 

Des lames de font déferlent 

Sur ses flancs  satins acerbes 

 

Kimono s’allonge sur le sol 

Kimono s’allonge vers les murs 

Kimono prend de l’altitude 

 

Montagne rougie   

Volcan  refroidi 

Ma voix en furie

 

Expansion d’espace

Extension vers l’espace  

Dilatation  du fugace

 

Mon corps plonge 

Sous les  déferlantes  de soie 

Les mots  prennent des tons inconnus 

Un langage  imprononçable se propage  

Des vapeurs de gravité colorée

Entourent  un Charabia 

Où ne reste plus 

Que les odeurs et les sons

Le bruit  du kimono  qui se défait 

La  métamorphose de l’espace qui craque  

Les hauts  le cœur et les âmes sœurs

Le carré blanc de l’exposition

Une mélopée

 

Kimono Espace

Etoffe déformée

Formes muées 

Kimono espace

Broderies effilées

Voix transformée

Kimono Espace

Plis cristallisés 

Objets silencieux

 

 

 

Tout semble fixé dans la soie

 

 

 

Pourtant 

 

 

Tout continue

 

 

En expansion

 

 

A jamais 

 

 

 

 

 

Archéologie

 

 

 

 

 

 

De la seconde

 

 

 

 

 

 

 

 

Passée 

Kimono  plié

Kimono  replié

Kimono  plié

Kimono  fermé

Kimono  cousu 

Kimono  rêvé

Kimono  donné

Kimono  touché

Kimono  frôlé

Kimono  plié

Kimono  rêvé replié

Kimono  cousu

Kimono  touché frôlé

Kimono  offert

Kimono  ouvert

Kimono  par terre 

Kimono  déplié

Kimono  relié

Kimono  rêvé

Kimono  voyage

Kimono  Cent ans d’âge

Kimono  donné

Kimono  cousu

Kimono  crée

Kimono  par terre

Kimono  offert

Kimono  déplié

Kimono  

             Les mains lunaires

             de ma grand-mère

             travaillent  

             lentement

Kimono

             Les mains paillettes

             de glam rock

             se glissent dedans

             sous les plis

             de soieries

Kimono

             Les mains de terre

             de l’enfant terrible

             griffent la fibre

             de ses ongles                      durcis

             

 Mille ans d’âges

             Mille mains sans               âge 

             Tracent

             des broderies                  d’ Irrévérenceries

         Cent ans d’âges

             Mille ans d’âges

            Mille mains  

            sans âge 

            Tracent                             des broderies                   d’irrévérences

            dans l’espace

            fleuri

 

 

Chant aigu  enregistré sur téléphone

amplifié dans l’espace superposé à la diffusion d'une écoute casque ouvert

d'une adolescente déambulant dans l'espace d'exposition en ouverture de performance  

IMG_1014.jpg
IMG_4650.jpg

K i m o n o 

Installation - Performance, 2019

Boite et objets ayant apartenu.e.s à ma grand-mère, kimono synthétique bleu cousu et offert par ma grand-mère, Kimono offert rouge en soie déjà utilisé pour Idoles Stars et Reliques, collections de Kimonos offerts venus du Japon, vêtement de nuit inspiré du kimono, pierres collectées et collectionnées, coiffe de plumes noires utilisée pour la photographie Danse Maccabre, paillettes noires que l’on retrouve dans Black Sorrow, Le Bruit Des Etoiles, Résidus Glam, Idoles Stars et Reliques, objets et tissus utilisés dans la performance Idoles Stars et Reliques, objets et bijoux collection personnelle, enceintes, cables jack, pédale loop, micro, teléphone portable. 

/  Texte et chant Anne Sechet.

/ Avec la participation de Lola-Jane Sechet pour la performance.

 

Les sons fabriqués pour la performances ont été enregitrés dans l’espace-même de la performance. 

" La performance fait suite à Idoles Stars et Reliques. Elle intègre quelques éléments déjà utilisés dans cette précédente performance comme par exemple le kimono rouge. 

J’ai choisi de construire K I M O N O à partir d’un espace resserré, celui d’une boite fermée surmontée de deux kimonos, l’un rouge en soie venu du Japon l’autre bleu synthétique cousu par ma grand-mère, dans lesquels j’ai glissé un texte que j’ai écrit à partir du mot-vêtement K I M O N O. La boite laisse apparaitre une clef, impossible à manipuler car susceptible par l’ ouverture du couvercle qu’elle provoque de faire s’éffondrer les tissus et les papiers pliés. Cet assemblage exposé durant plusieurs mois avant la performance convie le public à activer un espace poétique, une porte d’accès vers un espace à venir, à ouvrir.

 

 

A partir de cet espace refermé sur lui-même, je déplie et dévoile un monde de sons, d’objets, de matières  qui infusent mes recherches. Je travaille par imprégnation. Chaque vêtement, bijou, pierre, fleur que j’utilise, est choisi.e avec soin et expérimenté.e en amont dans mon quotidien avant de retrouver sa place sous une autre forme dans les performances. Je me revendique comme une artiste des plis loin de tout anthropocentrisme. Car c’est dans les lisières que les minorisé.e.s  peuvent commencer à avancer jusqu’à faire remonter leurs pensées à la surface. 

Cette performance me semble faire écho Aux Bruit Des Etoiles* réalisée en 2017 car j’y convoque aussi les ancêtres. Pour K I M O N O ce sont ceux du Japon retraversés par les fantasmes glam rock, le labeur de ma grand mère paysanne-couturière que je fais discuter avec Alexander Mc Queen et tous les absent.e.s. minorisé.e.s. J'essaie de leur offrir une existence palpable du Transversal, du Ressenti, du  Processus plutôt que celui d’une forme définitive. Chaque geste ou objet annonce une prochaine métamorphose. D’ailleurs depuis de nombreuses années, mes performances  pourraient  être précédées de la mention Métamorphose. 

J’invite le public à se frayer un chemin et à percevoir le pouvoir revendiqué de chaque  geste, son, objet que je mets en espace, et à se fabriquer ses propres rêves, cauchemars et peut être participer à sa propre métamorphose."

Anne Sechet, 2019

* Le Bruit Des Etoiles : performance réalisée au Château Musée Grimaldi dans le cadre de l’exposition Les 9 vies du Château.

300DPI.jpg

Anne Sechet 

Kimono, 2019

Boite fermée, tissus et papier pliés / performance à venir

 

Un mot plié, un mot écrit, un mot silencieux, un mot non encore dit, ni chanté, ni parlé, un mot rangé. 

Un espace plié, un espace qui va grandir pas plis successifs, un espace qui va se déplier.